Né à Charleville en 1854 et enterré en 1891 à quelques pas de la Place Ducale au cimetière de l’avenue Boutet, Arthur Rimbaud, poète aux semelles de vent, habite encore les Ardennes qui lui rendent hommage sous différentes formes. Depuis quelques années, on peut suivre l’enfant terrible de Charleville grâce à un parcours de street-art illustrant ses principaux poèmes.

Nouveau : Un audioguide gratuit pour découvrir le parcours !

O-DGuide, le nouvel audioguide gratuit pour découvrir le parcours street art Rimbaud à Charleville-Mézières.

Simple d’utilisation et sans installation d’application, il vous suffit de flasher avec votre smartphone le QR Code et vous laisser guider. Une carte apparaît avec différents points correspondant aux fresques. Choisissez-en une, elle apparaîtra avec un texte à lire et/ou écouter.

Bonne découverte !

  • J’ai testé pour vous le parcours Rimbaud
  • 3 questions à Antoine Maquet, le premier artiste à créer une fresque

J’ai testé le parcours Rimbaud

Absolument moderne.

L’injonction du poète a été entendue. Plus d’une douzaine de ses poèmes sont illustrés sur les murs de la cité dans des œuvres de street-art résolument contemporaines. Un livre et un musée à ciel ouvert.

La vie du poète

De fresque en fresque, découvrez des lieux majeurs de la vie du poète : le pôle Arthur Rimbaud (musée où se trouvent poèmes et dessins autographes, Maison des Ailleurs, Chaises-poèmes), sa maison natale, sa sépulture… Un parcours d’art visuel et historique.

A pied ou à vélo

La majorité des œuvres sont dans le centre de Charleville. Certaines invitent à l’aventure vers la périphérie. Elles se rejoignent plus facilement à vélo par les pistes cyclables ou berges de Meuse aménagées.

Livret du parcours

Il est disponible à l’Office de Tourisme de Charleville-Sedan et au Musée de l’Ardenne, tous deux situés Place Ducale à Charleville-Mézières.

Pour le télécharger : ICI 

3 questions à Antoine Maquet, le premier artiste à créer une fresque

Antoine Maquet, artiste-illustrateur touche-à-tout, Carolomacérien

1- Vous avez été le premier artiste à créer une fresque ?

Effectivement. Avec Mehdi Amghar qui a réalisé Ophélie, nous avons eu le luxe de choisir le poème et le mur. Je souhaitais qu’il soit visible de loin pour inciter les gens à venir lire.

2- Pouvez-vous nous parler de votre œuvre ?

J’aime mélanger abstrait et réalisme. Des clefs du poème sont visibles : le paletot, les poches crevées, les godillots du marcheur qu’était Rimbaud. Pour ses pensées, je suis allé vers l’abstrait et le graff…

3- Pourquoi avoir choisi ma Bohème ?

Comme beaucoup, je l’ai appris à l’école mais il me parlait vraiment. Réaliser cette fresque m’a incité à me replonger dans l’œuvre de Rimbaud que j’aime relire encore aujourd’hui.

Article tiré du magazine de l’Agence de Développement Touristique « Ardennes Inspirations » et recomposé pour le web.

Ce contenu vous a été utile ?