Il n’a échappé à personne ces derniers temps, que le dérèglement climatique annoncé depuis des dizaines d’années commençait sérieusement à s’installer. Si effectivement, le phénomène n’est plus réversible, il est toujours temps de faire sa part et de s’adapter.

Faire sa part ?

La « légende du colibri » raconte que « Un jour, […], il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »

Source : La légende du colibri - Je fais ma part avec les écoloHumanistes (lesecolohumanistes.fr)

En effet, qui sommes nous face aux grands groupes pollueurs, face aux géants de la mondialisation, aux millionnaires qui se prennent pour Buzz Aldrin … pour espérer avoir un impact avec nos petits écogestes ? Une goutte d’eau sur l’incendie, c’est vrai, mais à l’heure actuelle chaque tonne de CO² compte, alors il n’y a pas de petite contribution, chaque éco-geste compte !

Mobilité douce

Pour l’industrie du tourisme, qui contribue aujourd’hui à 11% des effets de gaz à effet de serre en France, le premier levier est la mobilité.

Il faut faire en sorte que nos visiteurs viennent en train, à vélo ou restent plus longtemps. Pour cela, la SNCF a travaillé avec les acteurs locaux du tourisme afin de proposer des idées de voyages en train, à découvrir ici : La ligne Charleville – Givet | TER Fluo en Grand Est (sncf.com).

Votre premier pas ? Vous pouvez indiquer à vos clients comment venir avec les transports en commun et proposer des vélos à la location.

Produits locaux et de saison

Un autre levier efficace est joué par l’approvisionnement alimentaire.

A titre d’exemple, voici l’impact CO² d’un kilo de tomate en fonction de son origine et de la saison :

Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger ici une présentation de l’association Ecotable sur la restauration écoresponsable : https://www.ardennes.com/app/uploads/2022/06/ce-quil-faut-retenir-formation-ecotable-ardennes.pptx.pdf

Votre premier pas ? Proposer un petit-déjeuner local et de saison : beurre, confiture, jus de fruit, pains confectionnés avec des farines locales, charcuterie, lait, fromages, yaourts, fruits… on trouve tout cela dans les Ardennes !

En ce qui concerne le café, le thé et le chocolat, ça n’est pas (encore) possible mais pour ces produits, préférez les produits issus du commerce équitable. Ou ceux qui ont traversé l’Atlantique sur un bateau à voile, une nouvelle forme de marine marchande est en route : Notre voilier cargo – Transport maritime décarboné – Grain de Sail  , une initiative à suivre !

Economiser l’eau et les énergies

Vos clients sont en vacances, et souvent, selon ce que j’ai pu observer lors de mes visites auprès des adhérents au Club Ardenne Ecotourism, ils mettent en pause leurs bonnes habitudes … radiateurs au maximum et fenêtres ouvertes, douches de 30 minutes, lumières jamais éteintes… Il faut les sensibiliser bien entendu, et pour cela, vous pouvez bénéficier du kit de sensibilisation des clients aux écogestes mais vous pouvez aussi limiter les pertes avec quelques investissements (par ailleurs subventionnés par l’ADEME via le Fonds Tourisme Durable) :

Votre goutte d’eau  pour économiser l’énergie ? Isoler vos locaux pour maintenir la fraicheur ou la chaleur (selon la saison), installer des détecteurs de fenêtres ouvertes sur les radiateurs et des détecteurs de présence dans les couloirs ou les toilettes.

Votre goutte d’eau  pour préserver l’eau ? un petit rappel, un Français consomme en moyenne 150 litres d’eau par jour, cette même personne en vacances consommera jusqu’à 100 litres de plus par jour ! Alors, n’hésitez pas à équiper les robinets de réducteurs de débit, le robinet sera toujours ouvert aussi longtemps mais vous gagnerez jusqu’à 4 litres d’eau par minute grâce à ces petits équipements (de 3€ à 10€ l’unité).

Pour la douche, vous pouvez sensibiliser vos clients avec des sabliers, ou encore des pommeaux de douche lumineux qui virent au rouge quand la douche est trop longue.

Réduire et mieux gérer ses déchets.

Concernant les déchets, la règle des 5 R est à garder en tête lorsque vous faites vos achats et ensuite lorsque vous vous débarrassez d’un objet :

On peut voir sur ce schéma que le tri des déchets n’arrive qu’en 4e position, il s’agit du dernier recours car il faut beaucoup d’eau et d’énergie pour recycler. 

Quand on sait qu’il faut 3 litres d’eau pour produire le plastique qui va contenir 1,5 l d’eau minérale, on voit l’intérêt de proposer aux clients de remplir leurs gourdes.

Votre goutte d’eau ? Vous pouvez rejoindre gratuitement le réseau « Gourde-friendly » et supprimer les bouteilles en plastique ou supprimer tous les emballages individuels de la table des petits-déjeuners.

Communiquer !

Enfin, si vous avez mis en place des écogestes, faites-le savoir ! De plus en plus de clients sont à la recherche d’hébergements et d’activités éco-responsables, ils doivent trouver ces informations sur votre site internet, vos réseaux sociaux… à prestation équivalente, cela peut faire la différence dans le choix d’un client.

Votre goutte d’eau ? Rejoignez gratuitement le Club Ardenne Ecotourism et bénéficiez de conseils et d’une meilleure visibilité !


[1] Source : La légende du colibri – Je fais ma part avec les écoloHumanistes (lesecolohumanistes.fr)

Contact : Stéphanie Drothier
Chargée de mission tourisme durable
ADT des Ardennes
24 place Ducale
08000 Charleville-Mézières
Tél.: 03 24 56 68 67
drothier@ardennes.com

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu